CEPII, Recherche et Expertise sur l'economie mondiale
Les cryptomonnaies en plein essor : les banques centrales lèvent leurs boucliers !


Michel Aglietta
Odile Lakomski-Laguerre

Les progrès réalisés dans le domaine des sciences de l’informatique, de la cryptographie et des réseaux ont abouti à la création d’un nouveau prétendant monétaire numérique non reproductible : le Bitcoin. Ce projet monétaire alternatif, fruit d’une série d’expérimentations démarrées dans les années 1980 pour concevoir un nouvel outil numérique, était porté par une techno-utopie propre à la Silicon Valley, des aspirations libertaires, la possibilité d’un monde plus libre et décentralisé promis par l’essor du réseau Internet. Mais ce rêve a muté et l’idéologie du capitalisme libéral, dans le contexte d’un monde globalisé et financiarisé, a contribué à faire émerger une force contraire : l’énorme concentration oligopolistique des GAFAM (Google-Alphabet, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), la capture des données individuelles et la capacité induite de modeler les attitudes des consommateurs dans un capitalisme informationnel. Ce pouvoir privé sur la société serait conforté par la mainmise des Bigtechs sur les paiements, qui donnent accès aux données individuelles les plus fines.
En créant une concurrence entre monnaie publique et monnaies privées, en lieu et place de la hiérarchie entre monnaie de banque centrale et monnaies bancaires, les technologies numériques ne vont-elles pas déstabiliser l’ordre monétaire ? Les formes de la monnaie changent dans l’histoire sous l’influence interactive des technologies et des régimes politiques. Mais, derrière la diversité du fait monétaire, un invariant demeure depuis plus de cinq mille ans : la monnaie est une institution essentielle de la société. L’ordre monétaire et l’ordre politique participent d’une même visée : faire société. Et comme cela s’est déjà produit dans l’histoire, les velléités de changement du modèle monétaire traduisent des revendications plus larges, en matière de justice, d’égalité, de répartition des pouvoirs et des richesses. Il convient donc de saisir les principaux enjeux économiques et sociaux qu’impliquent les nouvelles monnaies numériques : les technologies non plus ne sont pas neutres, elles sont porteuses d’un projet et d’une philosophie politique.
Partant de ces principes fondamentaux, nous allons étudier les défis posés par l’irruption des technologies numériques. En premier lieu, nous analyserons le Bitcoin et l’écosystème qu’il a engendré, en précisant la philosophie politique qui le sous-tend, son design et son fonctionnement pour mieux en cerner les limites. En deuxième lieu, nous examinerons le lien étroit entre la prise de pouvoir monétaire des Bigtechs et le capitalisme de plateformes, où la capture des données est source majeure de rente. En troisième lieu, nous évoquerons la réponse émergente des autorités monétaires de différents pays, notamment par la création des monnaies numériques de banques centrales (central bank digital currencies), qui réaffirment la souveraineté monétaire.
[...]


 L'économie mondiale 2022
La Découverte, 2021
pp.103-118

Retour