CEPII, Recherche et Expertise sur l'economie mondiale
COVID-Induced Sovereign Risk in the Euro Area: When Did the ECB Stop the Contagion?


Aymeric Ortmans
Fabien Tripier

 Points clés :
  • Comment les interventions de politique monétaire de la BCE ont éliminé le risque souverain européen induit par la pandémie de COVID-19 ?
  • Jusqu'au 9 mars, l'apparition de 1000 nouveaux cas COVID-19 s'accompagne d'une augmentation immédiate et persistante des spreads des obligations souveraines à 10 ans, atteignant 0,54 point de pourcentage en 5 jours.
  • Les résultats suggèrent que la conférence de presse de la BCE du 12 mars a arrêté la contagion de COVID-19 sur les marchés de la dette souveraine malgré la controverse du "nous ne sommes pas là pour réduire les spreads".
  • Un contrefactuel montre que sans le changement de la sensibilité des marchés d'obligations souveraines au COVID-19, les spreads auraient grimpé à 4,4% en France, 9,6% en Espagne et 19,2% en Italie dès le 18 mars.

 Résumé :
Cet article étudie comment l'annonce des politiques monétaires de la BCE a arrêté la contagion de la pandémie de COVID-19 sur les marchés européens de la dette souveraine. Nous montrons que jusqu'au 9 mars, l'apparition de nouveaux cas dans les pays de la zone euro a un effet considérable et persistant sur les écarts des obligations souveraines à 10 ans par rapport à l'Allemagne : l'apparition de 1000 nouveaux cas s'accompagne d'une augmentation immédiate et persistante, atteignant une augmentation de 0,54 point de pourcentage 5 jours après. Par la suite, l'effet est proche de zéro et non significatif. Nous interprétons ce changement comme un résultat positif de la conférence de presse de la BCE du 12 mars, malgré la controverse liée à la déclaration "nous ne sommes pas là pour réduire les spreads". En effet, un contrefactuel montre que sans ce changement de la sensibilité des marchés d'obligations souveraines au COVID-19, les spreads de taux auraient grimpé à 4,4% en France, 9,6% en Espagne, et 19,2% en Italie dès le 18 mars, date à laquelle le Programme d'achat d'urgence en cas de pandémie de la BCE a été finalement annoncé.
 

 Mots-clés : COVID-19 | Banque centrale européenne | Dette souveraine | Politique monétaire | Projections locales

 JEL : E52, E58, E65, H63
CEPII Working Paper
N°2020-11, October 2020

Texte intégral

Référence
BibTeX (with abstract),
plain text (with abstract),
RIS (with abstract)

Contact: 
Retour