CEPII, Recherche et Expertise sur l'economie mondiale
Product Level Trade Elasticities



La base de données ProTEE (PROduct level Trade Estimated Elasticity) fournit un ensemble d’élasticités du commerce international pour 5,502 produits (définis par la classification harmonisée du commerce international à six chiffres, en révision 2007, ci-après SH6). L’élasticité du commerce mesure la variation des importations bilatérales par produit induite par les variations du droit de douane appliqué aux différents exportateurs de ce produit. Cette base de données est construite à partir des estimations utilisant un modèle de gravité structurelle appliqué au commerce international. Pour chaque produit, les importations bilatérales, en valeur, sont expliquées, entre autres, par les droits de douane bilatéraux. Les coefficients estimés associés aux droits de douane correspondent à l'élasticité du commerce par produit.

L'élasticité du commerce est un paramètre clé pour l’ensemble des modèles de commerce international. En effet, Arkolakis, Costinot et Rodriguez-Clare (2012) ont démontré que les gains de bien-être économique, associés à la libéralisation commerciale (ou les pertes en cas de retour à l’autarcie), sont fonction de l’élasticité du commerce aux coûts variables des échanges et de l’évolution du taux de pénétration des importations. L’utilisation de la base ProTEE permet d’abandonner l’utilisation d’une élasticité homogène moyenne pour l’ensemble des secteurs et d'obtenir une évaluation plus précise des variations de bien-être associées à un changement de politiques commerciales.

L’estimation du modèle de gravité structurelle ne permet pas d’obtenir des coefficients statistiquement significatifs pour chacun des 5,052 produits définis au niveau du SH6. Certains coefficients ne sont pas statistiquement différents de zéro, et des élasticités au commerce positives sont obtenues pour 2,4 % des produits (Voir Fontagné, Guimbard & Orefice 2019, pour une discussion approfondie). Dans la version en ligne de la base de données, chaque élasticité positive et non significative a été remplacée par l'élasticité moyenne de la catégorie de produits SH4 à laquelle le produit concerné appartient. Les élasticités ainsi calculées sont signalées par des indicatrices.

La base de données contient quatre variables :
i) HS6 : Le code du produit, soit six chiffres de la nomenclature SH (révision 2007).
ii) Elasticity : La valeur de l'élasticité estimée.
iii) Zero : Une variable muette indiquant si l’élasticité de l’estimation initiale est non significativement différente de zéro.
iv) Positive : Une variable muette indiquant si l'élasticité de l'estimation initiale est positive et significative.

 Méthodologie : une brève description
Afin d’estimer l’élasticité du commerce international au niveau des produits, nous avons utilisé un modèle de gravité structurelle appliqué à l’ensemble des flux bilatéraux d’importations (en valeur). Pour l’identification des élasticités, nous utilisons les droits de douane appliqués par 152 pays importateurs à 189 pays exportateurs. Les flux bilatéraux d'importation proviennent de la base de données BACI (CEPII), tandis que les données tarifaires appliquées proviennent de MAcMap-HS6 (CEPII-ITC). Étant donné que MAcMap-HS6 n'est disponible que pour les années 2001, 2004, 2007, 2010, 2013 et 2016, notre échantillon s'étend de 2001 à 2016 par période de trois ans.

Pour résoudre le problème de l'hétéroscédasticité du terme d'erreur (et celui des flux commerciaux nuls ou des informations manquantes), nous utilisons un estimateur de pseudo-maximum de vraisemblance de Poisson (Santos-Silva et Tenreyro, 2006). Nous incluons dans nos estimations des effets fixes (variables muettes) année-exportateur et année-importateur pour contrôler pour les termes de résistance multilatérale au commerce des exportateurs et importateurs. Nous exploitons ainsi la variation des droits de douane imposés aux différents exportateurs par un importateur donné, et ceci pour chaque produit. Nous contrôlons également pour les coûts du commerce liés à la géographie des pays, en incluant dans toutes les régressions: (i) la distance (en logarithme) entre pays, (ii) une variable muette pour indiquer une relation coloniale en commune entre pays, et (iii) pour la présence une frontière commune. Voir Fontagné, Guimbard & Orefice (2019) pour plus de détails sur la méthodologie.

Présentation

Référence à citer
Fontagné L., Guimbard H. and Orefice G. (2019) « Product-Level Trade Elasticities » CEPII Working Paper, forthcoming (à paraître)

Page de download

s'inscrire


 Responsable
Lionel Fontagné

licence-ouverte-open-licence